Le GNLI est conçu pour les infirmières leaders qui souhaitent penser à l’échelle mondiale et agir localement

Les anciennes du GNLI prennent la parole

« Le GNLI est conçu pour les infirmières leaders qui souhaitent penser à l’échelle mondiale et agir localement » Professeure Jane Salvage, Directrice du programme GNLI

Entretien mené par Gyorgy Madarasz, Attaché de presse du CII

Professeure Jane Salvage,
(Photo Ezzidin Alwan)

Le Conseil international des infirmières (CII) a lancé son programme Global Nursing Leadership Institute en 2009 et depuis, plus de 250 infirmières leaders y ont participé. En 2019, cela fera quatre ans que la professeure Jane Salvage, une militante reconnue internationalement dans le domaine des politiques de santé et des soins infirmiers, dirige et contribue à développer ce programme.

Dans un entretien récent, la professeure Salvage a déclaré que prendre part au programme du GNLI a constitué une magnifique occasion de faire profiter le CII de son expérience, de ses connaissances et de ses réseaux mondiaux en matière de leadership en soins infirmiers, mais aussi d’approfondir et de développer ses propres compétences en leadership. « Je suis à un moment de ma carrière où je me sens la force et l’envie de soutenir la nouvelle génération d’infirmières leaders, tout en continuant de me former. Si vous ne poursuivez pas vous-même votre apprentissage, vous ne pouvez pas aider les autres à se former. C’est une occasion rêvée. »

Elle a décrit le GNLI comme un programme de leadership stratégique, qui prépare les meilleures infirmières au monde à mener des politiques visant à améliorent la santé des personnes, les soins de santé et font avancer la profession d’infirmière. Elle a souligné que l’un des principaux objectifs du programme est d’œuvrer à l’amélioration des compétences de chacune, pour élaborer et avoir une incidence sur les politiques. Pour ce qui concerne le programme 2019, elle a indiqué que l’accent sera mis sur le rôle des soins infirmiers dans la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies. « Nous examinerons trois thèmes d’actualité : la couverture sanitaire universelle et la santé en tant que droit de l’homme ; l’approche des soins de santé primaires ; et l’égalité des sexes. »

La professeure Salvage a souligné que le GNLI est conçu pour les infirmières leaders souhaitant penser à l’échelle mondiale et agir localement. Elles peuvent être au service de l’État, travailler dans la fonction publique et au sein d’organismes nationaux de réglementation des soins infirmiers ; travailler pour des organisations internationales, nationales et régionales d’action pour la santé, y compris des prestataires de services de santé et des organisations non gouvernementales ; travailler pour des associations professionnelles et des syndicats d’infirmières ; dans l’enseignement, la recherche et le développement ; et occuper des fonctions dans la pratique de pointe. « Elles travaillent dans des contextes très variés », a-t-elle ajouté. « L’essentiel, c’est qu’elles jouent un rôle leur permettant d’influer sur les politiques relatives aux soins infirmiers, à la santé et aux services sociaux. La grande diversité d’élèves du GNLI à ce jour – environ 250 au total, provenant de douzaines de pays différents – reflète cet éventail et cette multitude de fonctions dans les soins infirmiers. »

Elle a défini son vécu du programme GNLI comme très intense, riche en émotions, en enseignement et en formation et source d’inspiration. Elle est convaincue qu’au cours de sa longue carrière dans les soins infirmiers, où elle a dirigé et participé à un grand nombre de programmes différents, le GNLI apparaît comme l’un des programmes les plus passionnants, vivifiants, productifs et stimulants auxquels elle ait participé. Elle estime que c’est un véritable défi de travailler chaque année avec 30 infirmières de très haut niveau, provenant de toutes les régions du monde, car elles sont fortes d’expériences, de personnalités, de milieux, de cultures, de croyances et de méthodes de travail éminemment pluriels. « Cela nous sort de notre zone de confort » dit-elle, « mais cela fait partie de la magie. Nous devons toutes nous dépasser, animatrices et élèves, sortir des sentiers battus, apprendre les unes des autres, explorer ce que signifie véritablement la diversité, nous bonifier, arrondir les angles et devenir des leaders plus efficaces. »

La professeure Salvage a été proprement stupéfaite de la puissance des réseaux d’élèves du GNLI. Elle a révélé que chaque année, les diplômées nouent des relations et des liens profonds qui perdurent, parfois pendant de nombreuses années. Elles réalisent des projets communs, visitent leurs pays respectifs, participent à des manifestations internationales et publient leurs travaux. « Je crois qu’elles sont à même de transposer cet apprentissage international aux réalités de leur travail quotidien et de le mettre en œuvre pour contribuer à améliorer la santé et les soins de leurs propres collectivités et organisations. » Elle a souligné que l’une des raisons qui explique sa réussite est que le programme n’est pas académique – bien qu’il soit pointu –, il est interactif et repose sur l’apprentissage par l’action. « Nous travaillons dur pour aider les personnes à apprendre à établir des liens, à se faire confiance et à partager – des compétences essentielles pour être des leaders efficaces. »

La professeure Salvage a souligné que le GNLI évolue avec son temps. Elle a hérité d’un programme solide et réussi de son prédécesseur, Stephanie Ferguson. Depuis, elle a collaboré avec deux brillantes co-animatrices, Diana Mason et Jill White. « Nous avons apporté divers changements », a-t-elle confié. « Nous nous concentrons davantage sur les politiques : si les infirmières ne sont pas présentes dans les cercles de décision ou si elles ne font pas preuve d’efficacité lorsqu’elles y sont, il s’avèrera impossible de veiller à ce qu’elles contribuent pleinement à améliorer la santé. Les infirmières à tous les niveaux, du service au Conseil d’administration, en passant par la scène internationale, doivent être beaucoup plus clairvoyantes en matière de considérations politiques. En ce sens, il est important de sortir des schémas habituels des soins infirmiers, de formuler nos propositions en matière de politiques et de présenter nos arguments dans un langage qui parle aux hommes politiques, aux décideurs, aux médias et au public. »

Elle est ravie de diriger de nouveau le GNLI en 2019, l’année de son dixième anniversaire. Avec son équipe, comme les années précédentes, elle révisera et actualisera le programme afin qu’il reflète l’évolution des besoins et des priorités et qu’il attire les meilleures infirmières ayant l’envergure et le potentiel attendus pour tirer le meilleur parti de cette chance unique qu’offre le GNLI. « C’est une période charnière pour les soins infirmiers à travers le monde, nous ne devons pas laisser passer cette occasion, c’est pourquoi nous devons être prêtes à agir maintenant, comme la campagne Nursing Now nous y exhorte. »

La professeure Salvage est tout à fait convaincue qu’il faut multiplier les possibilités de mettre le programme à la disposition d’un plus grand nombre de leaders, mais aussi, dans l’idéal, de le répercuter aux échelons régional et national. Sachant qu’il y a 23 millions d’infirmières dans le monde, il faudrait que le GNLI puisse former non pas 30 ou 300 leaders seulement chaque année, mais 3 000 voire 30 000. Et de conclure :« Nos sponsors sont généreux et nous ont beaucoup soutenues, mais nous devons également puiser dans de nouvelles sources et persuader les grands bailleurs de fonds qu’investir dans le leadership infirmier est pleinement rentable pour la santé mondiale. »

La professeure Salvage est l’auteur de plusieurs ouvrages dont The Politics of Nursing (Les considérations politiques relatives aux soins infirmiers), globalement considéré comme une prise de conscience de la profession. Elle a été formée et a travaillé comme infirmière spécialiste dans l’East End, à Londres (Royaume-Uni). Elle a travaillé comme infirmière en chef de l’OMS pour la zone européenne et au siège de l’organisation, à Genève. Elle est régulièrement invitée comme enseignante et conférencière sur les soins infirmiers et les soins de santé aux quatre coins du monde. Elle est professeure invitée à l’École des sciences infirmières de l’Université de Coimbra (Portugal), ainsi qu’à l’Université de Kingston et à l’Université St George’s de Londres (Angleterre). Au Royaume-Uni, elle a participé à d’importants examens des politiques, notamment sur le rapport 2016 du Groupe parlementaire multipartite sur la santé mondiale, intitulé Triple Impact, qui a abouti au lancement de la campagne Nursing Now.

                                                           * * *

Le Global Nursing Leadership Institute du CII offre aux infirmières un perfectionnement en leadership stratégique et de haut niveau aux échelons de direction. Le programme s’appuie sur les connaissances approfondies d’experts internationaux, ce qui permet aux participantes d’analyser et d’améliorer leurs compétences de leadership et leurs comportements aux échelons national et mondial, dans le cadre d’une culture d’apprentissage collaborative et stimulante.

Les inscriptions pour le programme 2019 sont ouvertes du 2 au 31 janvier 2019.

Cliquez ici pour de plus amples informations.

2 commentaires sur “Le GNLI est conçu pour les infirmières leaders qui souhaitent penser à l’échelle mondiale et agir localement

Les commentaires sont fermés.