Une délégation conjointe des HUG et du CIRES au Togo

L’ANIIT a accueilli, du 8 au 13 janvier 2018, une délégation conjointe du Centre Plaies et Cicatrisation des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) et du Centre International de Recherches, Enseignement et de Soins en milieu tropical (CIRES) composée de 5 experts ( Bruno Lab / Infirmier de Santé Publique – Gestionnaire de projets – HUG, Hubert Vuagnat / Médecin Chef de Centre Plaies et Cicatrisation – HUG, Frank Wanda / Médecin, spécialisé en soins de plaies, Directeur de l’ONG camerounaise CIRES, PILLET Elisabeth/infirmière spécialisée en soins de plaies, DURUZ Myriam/Ecole supérieure de podologie de Genève ) pour une mission d’étude de faisabilité et l’élaboration d’un programme national de formation dans le cadre du projet de Prévention et de Prise en charge moderne des plaies chroniques au Togo initié par l’ANIIT avec le soutien des HUG.

DSC08738

Pour mémoire, Une enquête de terrain a été réalisée en 2011 avec pour objectif de décrire l’état de la profession infirmière au Togo. Celle-ci a été réalisée grâce à une collaboration entre l’ANIIT et l’Association Suisse des Infirmiers/ères (ASI), sous l’impulsion du Conseil International des infirmières (CII). Il en est ressorti quatre principaux constats : L’inexistence de formations continues ou spécialisées du personnel soignant en sciences infirmières, Les cadres et conditions de travail difficile, Le rôle et la perception de la profession infirmière pas définis, L’émigration considérable des infirmiers hors de la profession et hors du pays.

Le projet en question s’inscrit dans le cadre de ces constats. En effet, le Togo est un pays dont la prise en soin adéquate des plaies est confrontée à des difficultés en termes de conception locales de la maladie, d’insuffisances thérapeutiques en lien avec le développement des compétences du personnel soignant en la matière (absence de formations spécialisées), d’environnements précaires de soins et de déficit de moyens. Les conséquences se traduisent par de longue durée d’hospitalisation, des échecs thérapeutiques, des invalidités, des décès multiples et injustifiés. L’absence d’études statuant sur la situation au Togo sur les différents cas rencontrés ainsi que leurs variations, note le peu d’intérêt consacré à la question.

C’est dans le but de relever ces défis que cette initiative est engagée par l’ANIIT et soutenu par les pouvoirs publics dans la nouvelle Politique Nationale de Développement Sanitaire : faire évoluer les réseaux de santé en vue d’une amélioration de la coordination entre les acteurs de l’offre de soins, de sorte qu’ils renforcent leur contribution en réponse aux besoins des populations ; la prise en soins des personnes souffrant de plaies chroniques.

Pour une grande majorité des cas, l’expertise nécessaire à une bonne orientation dans le système de prise en soins des cas permettra d’alléger le poids socioéconomique. Pour se faire l’ANIIT, qui est un partenaire privilégié du ministère de la santé s’emploie à former à travers ce projet des référents dans la prévention et la prise en charge des plaies chroniques au travers d’une série de formations qualifiantes.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un partenariat existant entre l’ANIIT et les HUG, qui s’est matérialisé ces dernières années au travers d’un projet de formation continue (2014 – 2016), ainsi que par l’appui à la mise en place d’une consultation infirmière en Diabétologie et HTA (en cours).

Aussi, le projet vise à capitaliser les acquis du Cameroun, pays dans lequel des efforts considérables dans les soins de plaies chroniques ont été déployés, d’abord au travers d’une collaboration avec Médecins sans Frontières (MSF) dans leur programme de prise en charge de l’ulcère de Buruli, puis des plaies chroniques en général, puis au départ de MSF en 2014, avec le Centre International de Recherches, Enseignement et de Soins en milieu tropical (CIRES) qui offre jusqu’à nos jours des formations qualifiantes en la matière. En ces jours, il y a exactement 2 spécialistes infirmiers membres actifs de l’ANIIT, engagés dans les soins de plaies chroniques qui ont été formés respectivement en 2016 et 2017.

La présente mission lance ainsi la première phase du projet de formation en prévention et prise en charge moderne des plaies chroniques au Togo.

La mission s’est déroulée en deux temps sur 4 jours:

  • Dans un premier temps, Le mardi 9 et mercredi 10 janvier 2018 La délégation a visité les différents sites susceptibles d’accueillir les stagiaires dans le cadre de la formation, puis a rencontré les différents acteurs et les partenaires impliqués dans les soins de plaies au Togo: Le Ministère de la Santé, la Faculté des sciences de la santé, l’école nationale des auxiliaires médicaux de Lomé, Le CHU Sylvanus Olympio avec son service de plaies et cicatrisation, le CHR Tsévié et le Centre Nationale de prise en charge de l’ulcère de buruli, Le programme national de lutte contre l’ulcère de buruli etc.
  • Dans un second temps,  un atelier de 2 jours a réuni le jeudi 11 et vendredi 12 janvier 2018, les membres de la délégation, le Comité ANIIT en charge du projet et les différents acteurs précédemment rencontrés. L’objectif de l’atelier est d’élaborer un programme et les orientations possibles de la formation en s’appuyant sur le modèle du Cameroun.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En somme, cette mission a été riche de rencontres et d’idées. Ce bilan très positif encourage tous les acteurs impliqués dans le processus à maintenir la dynamique jusqu’à l’aboutissement complet du projet.

Un commentaire sur “Une délégation conjointe des HUG et du CIRES au Togo

  1. Félicitations au BN ANIIT pour ce travail bien fourni. Merci beaucoup pour tout ce que vous ne cessé de faire pour la visibilité de la profession infirmière au Togo.
    Daigne que ce projet aboutisse pour le bien de nos concitoyens

    J'aime

Les commentaires sont fermés.