Les responsables de l’ANIIT ont échangé avec les Maires des communes du Grand Lomé pour répondre aux défis de la pratique illégale de la profession infirmière au Togo.

Depuis plusieurs années, le secteur de la santé fait face à d’énormes défis qui affectent la qualité des soins de santé aux populations togolaises. L’ANIIT s’est penché tout particulièrement sur la pratique de la profession infirmière qui est de plus en plus confrontée aux pratiques illégales mettant en danger la santé des populations et portant un coup dur à la politique du Chef de l’Etat en matière d’accès Universel aux soins de santé dans notre pays.

Ces cinq dernières années, l’ANIIT a mené aux côtés du Ministère de la Santé et de l’Accès Universel aux Soins, diverses activités visant à combattre les pratiques illégales sur toute ses formes : Usurpation du titre Infirmier par des personnes non qualifiées, la formation sur le tas et l’emploie du personnel issu de cette formation dans les structures sanitaire etc.

Selon le Président National de l’ANIIT, Monsieur AGUE Kokou Sena, « il suffit de faire une visite dans les communautés et dans les structures de santé (même célèbre) pour remarquer avec amertume plusieurs aspects des comportements et pratiques illégales qui ternissent l’image de la profession infirmière et mettent en danger la santé de nos populations ».

La journée d’échange avec les maires des communes du Grand Lomé s’inscrit dans ce cadre. Elle s’est tenue le jeudi 19 Novembre 2020 dans l’amphithéâtre de l’Ecole Nationale des Auxiliaires Médicaux (ENAM) de Lomé.

Table d’honneur lors de la cérémonie d’ouverture des activités : de gauche à droite, Mme DJIGBANI Trésorière Générale de l’ANIIT; le Président de l’ANIIT; et M. LAMBONI (Photo Safiou A. )

Avant de solliciter l’aide des élus locaux pour éradiquer le mal, l’ANIIT a d’abord donner aux maires toutes les informations sur la profession infirmière. Deux communications ont meublé la rencontre : la première qui donne des informations sur l’ANIIT, son histoire, son fonctionnement etc. a été présentée par le Président National de l’ANIIT. La seconde communication Présentée par Monsieur LAMBONI Bassan, Responsable du département des Infirmiers à l’Ecole Nationale des Auxiliaires Médicaux (ENAM) de Lomé, a portée sur la profession infirmière. Cette deuxième communication a permis de dissiper tout malentendu sur la formation des infirmiers et la pratique de la profession dans notre pays.

À l’issue de la rencontre, les élus locaux et les premiers responsables de l’ANIIT se sont engagés à collaborer dans le but d’assainir le domaine des soins de santé en général et la pratique infirmière en particulier, pour le bien-être de la population. Tous les participants sont sortis satisfaits de la rencontre en espérant que les mesures soient prises à la taille du défi.

Pour faire suite à cette rencontre, par correspondance N° 093/2020/BEN/ANIIT en date du 24 novembre 2020, les responsables de l’ANIIT ont fait des propositions adressées aux Maires dont voici les grandes lignes :

  • Faire sortir une note circulaire (à l’endroit de tous les établissements de soins installés dans la commune) indiquant que des visites inopinées se feront pour vérifier la régularité des documents d’autorisation d’installation et la qualification du personnel.
  • La cellule de santé communale se charge de faire l’inspection des établissements de soins dans la commune avec l’appui de la Direction Préfectorale de Santé.
  • Interdire la légalisation de tous les attestations ou diplômes ne provenant pas d’écoles de formations agrées par l’état.
  • Exiger de tout praticien de la santé exerçant sur le territoire communal, une autorisation d’exercice, délivrée par sa corporation conformément au code togolais de la santé publique.
  • Rendre Obligatoire le port de badge par le personnel des structures sanitaires installées dans la commune.
  • Faire des sensibilisations dans les écoles, églises et mosquées de la commune.

L’ANIIT espère vivement que ces mesures, ainsi que d’autres jugées nécessaires, soient mises en œuvre sans délais afin de garantir des soins de qualité, sûrs, abordables et accessibles à tous.

Un commentaire sur “Les responsables de l’ANIIT ont échangé avec les Maires des communes du Grand Lomé pour répondre aux défis de la pratique illégale de la profession infirmière au Togo.

  1. Je soutiens tous d’abord l’idée .et je vais sans doute dire que ses praticiens qui usurpe le titre d’infirmier /infirmière soient éradiqué jusqu’au ras du sol.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.