le Bureau National de l’ANIIT a tenu une conférence de presse ayant pour thème principal « la profession infirmière au Togo »


IMG-20180611-WA0006
De gauche à droite, le Trésorier, le Président, le Secrétaire Général de l’ANIIT

Le 12 mai dernier L’ANIIT a célébré la journée internationale de l’infirmière. La présente conférence de presse s’inscrit dans le cadre de cette célébration. Son but est la Sensibilisation des médias, et par le biais des médias, la population et les professionnels sur les problèmes qui gangrènent la profession infirmière au Togo. Selon le le Président de l’ANIIT, Monsieur AGUE Kokou Sena, le principal problème, «c’est que la profession infirmière n’est pas appréciée à sa juste valeur au Togo. Beaucoup de gens, les bénéficiaires de nos actions et même les autres professionnels de la santé avec qui nous collaborons, ne la comprennent pas. Bref, la plupart des gens n’ont vraiment pas conscience de tout ce que nous faisons dans le système de santé et ne savent pas non plus que notre profession est régie par la loi.»

L’ANIIT a donc décidé de soutenir le ministère de la santé et de la protection sociale en s’attaquant à ces problèmes qui entravent la promotion de la profession au Togo.

La conférence a été tenue le 11 juin 2018 dans la grande salle de NFS-Togo à Lomé à partir de 15 heures.

Dans un premier temps, le Président de l’ANIIT a fait un discours introductif en souhaitant la bienvenue aux professionnels des médias et en expliquant pourquoi cette conférence de presse est très importante aux yeux des infirmiers.  En effet, les recherches en santé publique montrent que les médias influencent la conception qu’ont les gens de la profession et leur attitude à son égard. La conférence est une grande occasion pour expliquer aux médias comment ils peuvent soutenir l’ANIIT dans l’assainissement de la profession au profit des populations togolaises.

Le discours introductif a été suivi d’un exposé fait par le Président de l’ANIIT sur la profession infirmière au Togo. Plus spécifiquement, les points suivants ont été abordés dans l’exposé :

  • Définition infirmier, soins infirmiers
  • Où se faire former pour devenir infirmier ?
  • Le cadre juridique de l’exercice de la profession
  • Les possibilités d’évolution dans la carrière professionnelle
  • Rôle de l’infirmier dans le système de santé
  • Etat des lieux et Valorisation de la profession au Togo
  • Les approches de solution aux problèmes de la profession

Un grand débat s’en est suivi et a permis aux professionnels des médias de poser plusieurs questions relatives à la profession afin de mieux la comprendre.

Le président de l’ANIIT était assisté par le Secrétaire Général Monsieur ATE Safiou, le Secrétaire Général Adjoint Monsieur TOBOSSI Kponou Mathieu et du Trésorier Monsieur LAKOUGNON Bassatom.

En se référant au Code Togolais de la santé publique, l’ANIIT ne veut plus tolérer que des personnes non qualifiées exercent le métier d’infirmier au Togo.  Elle dénonce de ce fait les « usurpateurs » du titre d’infirmier, les personnes qui se livrent à la formation sur le tas dans les structures non autorisé, les directeurs de structures sanitaires privées qui agissent par ignorance en remplaçant le personnel infirmier autorisé par des personnes non qualifiées.

« Les patients ont besoin d’infirmières et d’infirmiers pour leurs soins infirmiers, ce que ne peuvent pas faire des personnes non qualifiés. » a déclaré le Président de l’ANIIT.

« Quand on parcourt le Code de la santé publique, il n’a été écrit nulle part que celui qui est formé sur le tas est un infirmier. Dans la liste des paramédicaux, il n’est écrit nulle part formé sur le tas », a clarifié ATE Safiou, le Secrétaire général de l’ANIIT.

Par conséquent, un individu non formé n’a pas de raison d’ouvrir un cabinet de soins ou de donner des soins infirmiers aux populations. « Il faut reconnaître que depuis fort longtemps, au Togo, il n’a jamais été autorisé à un infirmier d’ouvrir un cabinet privé. Ce n’est que tout récemment que l’autorisation a été donnée. Maintenant que l’infirmier peut avoir son cabinet, nous allons sensibiliser les nôtres à occuper les milieux où il n’y a pas une formation sanitaire adéquate », a promis LAKOUGNON Bassatom, Trésorier de l’ANIIT.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Afin de trouver des solutions aux problèmes de la profession, l’ANIIT compte sur une parfaite collaboration avec le ministère de la santé, la sensibilisation de la population, le soutien des médias et la mise en place de l’ordre des professionnels.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s